Un an de course à pied… et puis ?

Un an de course à pied… et puis ?

C’est à la fin juin que j’ai officiellement terminé ma première année de course à pied. Une année remplie de défis et de découvertes. Mais alors que la vague de la course à pied continue d’augmenter au Québec et partout sur le globe, je trouvais intéressant de faire un petit compte-rendu de mon parcours qui servira, peut-être, aux débutants à venir.

Les débuts

Comme je le racontais dans un précédent article, mes débuts de course avaient commencé par un défi tout simple entre amis. Suite à cette étincelle, j’ai découvert avec le temps que mes motivations étaient plus importantes que je le croyais.

Mes premières sorties n’étaient pas de tout repos ! Je me souviens de courir sous le soleil chaud de juin avec mes 215 livres bien sédentaires et mes arrêts fréquents. Je ne contrôlais pas mon asthme et plusieurs fois, j’ai été tenté de rebrousser chemin lorsque je perdais le souffle et que les crampes me tordaient de douleur. J’ai tout de même continué, me disant qu’un jour j’allais aimer ça et que tout serait plus facile.

Avec le temps, j’ai appris à aimer la course avec ces nombreux effets positifs sur ma vie en général. Mais je vous le dis, ce n’est jamais plus facile. Si c’était facile, pourquoi s’inscrire à un ultra-marathon ? C’est simplement qu’avec le temps, on trouve toujours un autre objectif qui nous pousse à nous dépasser et à en demander plus à nous même. On se remet alors à tout faire pour courir plus vite ou plus longtemps. C’est un peu la beauté du sport, il n’y a pas de limite à ce que l’on peut améliorer. Nous ne ferons pas tous les Jeux olympiques et établirons des nouveaux records de vitesse, mais au moins à force de persévérance, nous devenons toujours meilleurs que la veille.

Dans cette première année de course à pied, j’ai découvert que toute cette aventure était bien plus qu’une simple recherche de perte de poids. J’ai découvert qu’elle me permettait de me respecter. Respecter le fait que je suis capable d’accomplir des défis, de me dépasser, de m’investir et de prendre du temps pour moi dans le tourbillon de la vie quotidienne.

Les coureurs

De juin jusqu’à novembre 2015, mes courses étaient toutes solitaires. Alors que je débutais, j’étais embarrassé de courir avec d’autres amis coureurs de peur de me faire juger sur mes capacités. Lorsque je prenais les chemins plus populaires, je fuyais du regard les autres coureurs que je croisais sur mon chemin. J’avais l’impression que tout le monde m’entendait respiré fort et me voyait suer comme ce n’est pas permis.

Lorsque j’ai couru ma première course officielle (Oka 2015), j’ai découvert une communauté différente de celles auxquelles j’avais participé auparavant. Une grande marée humaine de gens qui, malgré les conditions météo horribles, avaient le sourire fendu jusqu’aux oreilles. De loin, j’entendais les discussions sur la course, mais aussi le travail, la famille, les passions, les séries-télés… Et sur la ligne de départ, il n’y avait pas que des athlètes sveltes et beaux comme dans une annonce de chaussure de course ! Il y avait des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, des gros et des minces,… Tous étaient aussi motivés que moi, tous étaient nerveux comme moi et tous réalisaient quelque chose cette journée-là. Suite à cette course, j’ai découvert que j’avais le droit, autant que tous ces gens, de participer à la course à pied et aux compétitions.

En janvier 2016, j’ai décidé de joindre un club de course à pied. À la première rencontre, j’étais nerveux comme avant un rendez-vous galant. Tous ces gens qui arboraient des maillots identiques imposaient le respect et la fierté. Dès la première course, j’ai été accueilli comme dans une grande famille. Encore aujourd’hui, je m’inspire des témoignages des vétérans, j’écoute leurs conseils et je prends goût à tenter de suivre leur cadence. Je prends plaisir à vivre les entraînements difficiles avec des gens de mon niveau et de rigoler sur les petits bobos de course.

Oui vous avez peut-être quelqu’un dans votre entourage qui vous tombe sur les nerfs avec la course à pied. Peut-être suis-je moi-même cet ami qui vous parle de kilomètres et de cadence de course. Mais je vous assure, les coureurs sont, dans la grande majorité, des gens sympas !

Les découvertes

En une année, ont découvre bien des choses :

  • Avoir une bonne paire de souliers de course, c’est important. (La bonne pour vous)
  • Une montre GPS ça coûte cher, mais c’est très pratique.
  • Pas besoin de payer une fortune pour s’habiller pour courir.
  • Les intervalles ne sont vraiment pas agréables, mais ça marche.
  • Trop manger avant de courir n’est pas une très bonne idée.
  • Oublier ses pompes pour l’asthme ce n’est vraiment pas agréable.
  • Se perdre dans sa propre ville en courant, c’est un peu angoissant au début, mais ont finis toujours par retrouver son chemin.
  • Aller chercher son ensemble pour une course officielle d’avance, c’est la meilleure solution.
  • L’hiver, les pelures de vêtements, ça marche.
  • L’hiver, les crampons, ce n’est pas nécessaire à chaque course !

Ont découvre aussi que partir un site web et un podcast sur la course à pied, c’est aussi une très belle aventure qui permet de faire des rencontres incroyables et de découvrir des choses très interessante sur une passion.

Je vous souhaite de belles années de courses.

Vous aimerez aussi

The Color Run Montréal + Concours !

Le 13 août prochain aura lieu la course la plus haute en couleur du Québec ! The Color Run Montréal  La course The Color Run Montréal  , sous le thème des tropiques, fait le tour

Le Norvan SL – À l’abrit de la pluie

C’est le printemps et nous savons combien les températures et conditions sont variables ici au Québec. C’est important alors d’être bien protégé contre les éléments. Dame nature n’a qu’à bien

Entrevue – Tribay Market

Afin de mieux connaître Tribay Market, nous sommes heureux de vous présenter une entrevue avec Adrienne Couture, fondatrice et présidente de l’entreprise. D’où est venue l’idée de fonder Tribay Market ?

0 Commentaires

Pas de commentaires encore !

Vous pouvez être le premier à commenter cet article !

Laissez une réponse